Le dépistage des cancers cutanés

L’examen dermatologique permet de cibler les sujets à risques de développer des cancers cutanés et de dépister des lésions suspectes (parfois à l’aide d’un dermoscope quand l’œil ne suffit pas) pour les enlever.

Ce qu’il faut savoir à propos des cancers cutanés

Les cancers cutanés sont de loin les cancers les plus fréquents chez l’homme. La mortalité globale liée à ces cancers reste faible du fait du diagnostic précoce de la majorité d’entre eux et du bon pronostic des carcinomes.

Les mélanomes, qui représentent 10% des cancers de la peau, sont responsables de la majorité des décès par cancer cutané du fait de leur fort potentiel métastatique. Ils concernent toutes les tranches d’âge avec un pic entre 30 et 50 ans.

Le mélanome est devenu une priorité de santé publique du fait de l’augmentation majeure de son incidence au cours des 30 dernières années. Le pronostic du mélanome est étroitement lié à son épaisseur, d’où l’importance du dépistage et de leur exérèse précoce.

Le développement des cancers cutanés est étroitement lié aux interactions entre un terrain génétique prédisposant et des facteurs environnementaux, dont l’exposition solaire est au 1er plan.

Chaque individu présente une sensibilité cutanée différente liée à son terrain génétique qui définit l’aptitude naturelle de la peau à se protéger de l’agression solaire. Le phototype est déterminé cliniquement par la couleur de la peau (sous la dépendance des pigments mélaniques), par l’aptitude à bronzer et la facilité à prendre des coups de soleil.

Il est bien démontré que les personnes les plus à risques de développer des cancers cutanés (carcinomes et mélanomes) sont celles de phototype clair, dont le «patrimoine soleil», défini dès la naissance, va être épuisé plus vite : carnation pâle, cheveux blonds ou roux, grande sensibilité aux coups de soleil, faible aptitude à bronzer.

Marqueurs cliniques, peaux claires et antécédents familiaux

Les autres marqueurs cliniques de risques sont les tâches de rousseur (ou éphélides) multiples, qui ne doivent pas être assimilées au bronzage mais au contraire qui témoigne de la souffrance de la peau exposée au soleil, et la présence de grains de beauté (naevus) multiples, pour les mélanomes.

Les personnes blondes, rousses, à la peau très claire, ne doivent pas prolonger leur durée d’exposition au soleil dans l’idée d’obtenir un bronzage hypothétique et surtout ne pas réaliser des séances de bronzage artificiel (cabines à bronzer) qui s’ajoutent aux effets délétères du soleil naturel.

L’enfance paraît être une période cruciale pour le développement à l’âge adulte des cancers de la peau. La prévention des cancers cutanés passe donc essentiellement par les réductions des expositions solaires intenses, génératrices de coups de soleil, pendant l’enfance et l’adolescence.

La notion d’antécédents familiaux ou personnels de cancers cutanés est très importante, en particulier pour les mélanomes puisqu’il existe un risque accru de développer un second mélanome, et des carcinomes, lorsque l’on a un antécédent personnel de mélanome ou qu’un apparenté de 1e degré a présenté un mélanome.

Enfin, certaines maladies et traitements peuvent favoriser le développement des cancers de la peau ; c’est le cas des personnes qui ont bénéficié d’une greffe d’organe (rein, cœur par exemple) qui doivent donc être informées des règles de protection solaire et de la nécessité d’un suivi dermatologique régulier.

En pratique, un contrôle annuel de l’ensemble de la peau est donc vivement conseillé pour les personnes qui présentent une peau claire et qui ont un passé d’ensoleillement important ou des antécédents familiaux de cancers de la peau. Ce contrôle pourra être rapproché en cas d’antécédents personnels de cancers cutanés ou de la nécessité d’une surveillance particulière de certaines lésions cutanées.

Cancers de la peau : les sujets à risques :

- Peau particulièrement sensible au soleil
- Loisirs  profession qui exposent au soleil
- Antécédents personnel ou familial de cancer cutané
- Nombreux grains de beauté

Les grains de beauté qui répondent aux critères ABCDE sont suspects :

A comme Asymétrie
B comme Bords irréguliers
C comme Couleur non homogène
D comme Diamètre supérieur à 6 mm
E comme évolution : Toute tache qui change d'aspect rapidement (forme, taille, épaisseur, couleur) doit constituer un signe d'alerte.

Les conseils élémentaires :

Evitez le soleil entre 11 heures et 16 heures.
Exposez-vous de manière progressive sans coup de soleil.
Protéger les enfants avec un chapeau, un T-shirt et des lunettes de soleil.
N’exposez pas les enfants de moins d’un an.

Contact
Docteurs Gral et Perrillat
Centre Dermatologique
Esthétique & Laser
26, rue Colonel Dumont
38000 Grenoble
Tel :  + 33 476 433 161
Vos médecins dermatologues Docteur Gral et Perrillat
Présentation du centre Le cabinet
Visite du centre Visite du centre
Dermagazine.fr